L’hypnose – La PNL

Spread the love

L’hypnose est un terme venant du grec hypnoûn (s’endormir) qui a été forgé au 19e siècle pour définir un état entre l’éveil et le sommeil provoqué par une personne tierce : l’hypnotiseur. Le Larousse parle de :

« État de conscience particulier, entre la veille et le sommeil, provoqué par la suggestion. »

Or, depuis plus d’un siècle et demi, nous en savons beaucoup plus sur cet état, qui est proche de la rêverie, et qui s’apparente plus à une fonction biologique naturelle. Nous aurions de nombreuses fois par jour des périodes « hypnotiques », où notre esprit n’est plus à ce qu’il fait ou à son environnement, mais vaque à lui-même, à ses pensées propres. Cela peut arriver en conduisant, en lisant un livre ou un magazine, en regardant un film. Une fois que l’on a fini, on n’a aucune idée du temps qui s’est écoulé et de ce qui a bien pu se passer autour. C’est ce qu’on appelle l’hypnose « ordinaire ».

Cet état naturel a la caractéristique de déconnecter le mental (voir la définition ici) et donc de mettre la personne hypnotisée en profonde cohérence corps-esprit, qui ne font alors plus qu’un, ce qui entraine une très grande suggestibilité. Cette dernière est alors utilisée dans le cadre thérapeutique, afin d’aider la personne à mieux vivre au quotidien, en lui reprogrammant des expériences douloureuses passées (peur, trauma, etc.) ou en programmant de nouveaux comportements plus adaptés à ses besoins (arrêt de la boulimie, du tabac, etc.). Voir les champs d’applications possibles ici.

Développée aux Etats-Unis par le psychiatre Milton Erickson, l’hypnose contemporaine se veut à l’opposée de l’hypnose de spectacle que l’on peut voir par ailleurs. Elle est non dirigiste, et garde l’intégrité et la volonté de la personne en permanence au premier plan. C’est cela, ainsi que pour sa très grande efficacité, qui a fait son succès dans le monde entier, où de nombreuses écoles d’hypnose éricksonienne ont vu le jour pour former des thérapeutes, qu’ils soient dans le domaine médical ou non.

Le présupposé de l’hypnose, depuis que Charcot et l’Ecole de Nancy l’ont utilisé au tournant du 20e siècle, est qu’il faille mettre le sujet en état de transe hypnotique. Une fois atteint cet état, plus ou moins profond, le thérapeute donne au sujet les suggestions qui lui permettront de vivre différemment dans une certaine situation, en le généralisant.

Nous verrons plus loin que ce présupposé peut maintenant largement être dépassé pour aller directement au but : la suggestion efficace par le Changement Rapide, ou la dissolution du mental avec le Zéro Mental.

La Programmation Neuro-Linguistique (PNL)

Développée aux Etats-Unis à la fin des années 1970 par Richard Bandler et John Grinder, cette approche déjà épurée de l’hypnose est basée sur les enseignements de thérapeutes reconnus comme Milton Erickson ou Virginia Satir. Ils ont modélisé les actions automatiques du système nerveux qui mènent au changement chez le client (avec notamment le »méta-modèle »), d’une manière générale, en s’encombrant le moins possible d’un environnement spécifique ou d’une idéologie réductrice. « Si c’est efficace, on garde, sinon on trouve autre chose », telle est la devise de Bandler. Cela a produit de nombreux protocoles utilisables et modifiables selon les thématiques : peurs, phobies, addictions, croyances limitantes, etc.

De nombreux champs d’applications, en plus de la thérapie, ont depuis été basés sur la PNL : communication en entreprise, coaching, sport, etc.

Le Changement Rapide est tout à fait dans la continuité de ces approches, en allant encore plus loin dans la simplification : plus de protocoles mais une adaptation permanente afin de coller le plus possible aux événements de séance; plus de transe hypnotique « formelle » car la personne est déjà hypnotisée par son « problème ». Tels sont les raccourcis principaux qui font gagner du temps et de l’énergie au thérapeute, au plus grand bénéfice du client.