CerveauPsychologie

Le cerveau est plastique

Spread the love

Une idée bien reçue est que le cerveau serait un organe dont la maturité serait atteinte autour de 20 ans, et qu’après cet âge il commencerait inéluctablement à se dégrader en voyant se détruire progressivement des milliers ou des millions de connexions et de neurones par jour (!).

Or, si le nombre de cellules peut techniquement diminuer, comment expliquer que le niveau d’information du cerveau ne cesse d’augmenter ?

Il s’avère en effet le cerveau est beaucoup plus complexe que cela. Il est principalement constitué de cellules nerveuses constituées en couches successives. Après la naissance et pendant la petite enfance jusqu’à l’adolescence, on observe qu’il dispose d’une capacité à se modeler très rapidement.

Puis, tout au long de la vie, il conservera cette capacité à se remodeler (bien que de manière moindre que pendant la jeunesse), par l’apprentissage : c’est le phénomène de la neurogenèse. Biologiquement, cela est possible par des neurones ou groupes de neurones appelées cellules gliales, qui se créent et se connectent entre eux pour engrammer de nouvelles expériences, de nouvelles connaissances. Cela crée et modifie des connexions synaptiques en permanence entre les neurones. De l’échelle moléculaire au groupe de cellules, tout se modifie pour répondre au besoin d’apprentissage.

La carte du cerveau est donc mouvante au niveau de la mémoire et des apprentissages. Il a été constaté qu’après des lésions physiques au niveau du cerveau ou des membres, les circuits se reforment, d’autant plus rapidement que l’on est jeune. Après une amputation, il reste ce qu’on appelle le « membre fantôme », souvenir sensitif de terminaisons nerveuses qui pourtant ne sont plus connectées au réseau central. De manière encore plus extraordinaire, des personnes accidentées qui ont perdu des parties (des fois importantes) du cerveau ont pu reconstruire des fonctions de langage ou motrices, alors que ces aires ont été endommagées, voire ont disparu.

Dans un autre registre, après des traumatismes psychologiques importants (guerre, attentat, attaque, accident), il a été constaté qu’un phénomène dit de « résilience » peut se mettre en place naturellement chez certaines personnes, ce qui leur permet assez rapidement de ne plus souffrir de ces expériences très difficiles. Après avoir étudié de près ces cas, les psychiatres ont constaté que les mêmes cheminements psychologiques pouvaient être induits chez d’autres sujets traumatisés, en utilisant différents outils de psychothérapie : Gestalt, Hypnose, EMDR, etc.

Cette plasticité neuronale naturelle peut être stimulée par l’intermédiaire d’aliments ou de compléments alimentaires qui vont stimuler les échanges intra et intercellulaires. Il s’agit de favoriser les canaux potassiques (K+) et les canaux sodiums (Na+) des cellules, qui sont les principales « portes » d’entrée et sortie des matériaux cellulaires. Il faut rééquilibrer la consommation des aliments riches dans ces ions (K et Na), car nous consommons beaucoup trop de sodium de nos jours, et peu de potassium. Dans les légumes frais et dans les fruits ils sont assimilables très facilement (c’est-à-dire issus du domaine du vivant plutôt que de l’industrie chimique). Le consommer sur une longue durée, tout au long de la vie, favorisera donc au niveau biologique ces apprentissages. Les vitamines B et E sont connues pour être très efficaces pour redonner une dynamique à la mémoire. On les trouve dans les poissons gras, les légumes verts, les baies, les noix, les œufs, le curcuma.

Le Changement Rapide joue avec cette plasticité neuronale pour remodeler les représentations internes des clients via trois axes principaux et interdépendants : 1) Les émotions, 2) Les croyances, 3) Les points de vue. Dans chaque cas, ce sont des groupes de neurones et des connexions qui se font et se défont à une vitesse très rapide, le temps d’une séance. Si une personne arrive à être dégoûtée par exemple du tabac en quelques minutes, alors qu’elle a fumé pendant des années, c’est bien la preuve que des circuits neuronaux étaient prêts à enregistrer les nouvelles instructions suggérées par le Praticien Changement Rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.